Image Alt

Northway

Les passions de la commu

DECA-DENCE

La passion présentée aujourd’hui est celle de l’animation japonaise et je voudrais vous parler de « DECA-DENCE ».
Cet animé a été créée par Yuzuru Tachikawa, jeune mangaka de 38 ans aussi producteur de plusieurs films d’animation connus tels que « Détective Conan : L’exécutant de Zéro » ou encore « mob psycho 100 », ne dure qu’une saison de 12 épisodes, sortie durant l’été 2020 et terminée en septembre de la même année.

Synopsis de l’animé :

L’histoire se passe dans un monde ou l’humanité, telle qu’on la connaît, a disparu à cause d’une nouvelle forme de vie inconnue, bourreau de l’humanité, les Gadolls. Les survivants humains vivent maintenant dans une forteresse mobile appelée le DECA-DENCE conçu pour faire face aux Gadolls, les simples citoyens sont appelé « les tankers » et travaillent pour la survie de l’humanité. Parmi ces citoyens, les Furies, se présentent comme l’élite des tankers et se battent dans le monde qui entoure le DECA-DENCE en compagnie des Gears (les soldats de naissance).

Nous allons suivre l’histoire de la jeune Natsume, une jeune tanker qui, suite à une attaque de Gadolls, a perdu un bras ainsi qu’un être cher, son père. Elle rêve de devenir membre de la Furie mais à cause de son effrayant bras mécanique elle ne trouve comme travail que la maintenance et le nettoyage du blindage du DECA-DENCE. Cependant une rencontre va tout changer, celle de Kaburagi chef de la section où travail Natsume, qui lui permettra peut-être d’atteindre son rêve de faire partie de la Furie, et de connaitre la vérité sur le monde qui l’entoure.

Avis personnel de PikiWath :

Une très jolie animation simple et efficace, on s’attache très vite aux personnages et à leurs différentes histoires pourtant toutes liées au même endroit, le DECA-DENCE. Le fait de suivre un personnage principal qui découvre tous les jours son monde et qui évolue, voir que n’importe qui avec beaucoup de convictions et de persévérances peut réussir dans un monde abrupt est beau est source de motivation.
Les combats sont dynamiques, surprenant et sanglant afin de présenter un monde terriblement dangereux ou la combativité n’est pas une option.
L’animé a su me faire verser des larmes tant l’histoire est prenante du début jusqu’à la fin.

Critique de PikiWath :

Le plus gros problème de l’animé est le manque de cohérence dû aux peu d’informations sur le pourquoi du comment de l’histoire, on connaît les bases de l’histoire mais sans jamais avoir de contexte.

Malheureusement après l’épisode 5, les combats prennent l’ascendant sur l’histoire et on perd tout le dynamisme de la découverte des personnages.
Le dernier épisode est très compliqué à comprendre, les réalisateurs nous laissent dans le flou afin que tout le monde puisse mettre son hypothèse sur l’avant et l’après DECA-DENCE.

Critique de MouMou [SPOILERS] :

Tout ce qui sera dit dans la critique suivante n’est que mon avis personnel et n’est absolument pas une vérité générale.

Depuis quelque temps, c’est devenu la norme d’avoir des saisons de 12 épisodes pour des animés à la télé japonaise, on peut voir le bon côté où cela permet de donner plus place pour montrer plus d’animés différents cependant il nuit aussi dans de nombreux cas à l’avenir d’une histoire prometteuse et c’est justement le cas pour DECA-DENCE, en effet on peut découper cet animé en deux parties.
Dans les cinq premiers épisodes, on a une histoire cohérente avec des protagonistes intéressants et développés et avec une tension qui monte jusqu’à atteindre le climax au cinquième épisode. Et première faute du scénario selon moi kaburagi survie alors que tous les indices indiquèrent sa fin venir.

On arrive alors dans la seconde partie de la série où on va cette fois suivre le point de vue de kaburagi et de mon avis la qualité du scénario n’arrive pas au niveau du début avec le cliché du héros qui avait raccroché sa veste mais qui doit sauver le monde car « il est trop cool » et même si ce n’est pas exactement le cas, ça se rapproche trop de ce genre d’histoire pour me faire légèrement tiquer. Malgré tout, cette seconde partie ajoute un lot de personnages assez amusant à découvrir et la dynamique entre les différents caractères est plaisante à suivre. On arrive après quelques péripéties, au face à face entre kaburagi et « le système », excellent personnage qui remplit très bien sa fonction avec une profondeur dans sa personnalité intéressante. cependant lors de son « débat » avec kaburagi que j’irai jusqu’à comparer avec le débat entre naruto et nagato (c’est dire à quel point j’ai été déçu), le système fera volte-face et prendra le parti de kaburagi dans mon incompréhension la plus totale. Ce qui amènera la victoire de nos héros grâce à l’union de tous les humains et les gears.

Avis de MouMou :

J’ai un problème majeur avec cet animé, les incohérences, en effets à aucun moment on nous donne d’explication sur la coexistence des gears et des humains dans la cité, de même j’ai un problème avec Natsume, son caractère, la série n’explique pas du tout la volonté de Natsume, on parle tout de même d’une fillette qui a presque vu son père mourir devant ses yeux par des monstres et lorsqu’on  la voit pour la première fois on nous la présente comme une fille pleine de vie avec une volonté infaillible, j’aurais au moins voulu une parole de son père « ne perd jamais l’espoir » ou quelque chose du genre mais il n’y a rien et ca rend son développement vide de sens à mon gout, selon moi un personnage important ne peut être bien développer sans point d’origine.

Cependant malgré tout, l’animé m’a vraiment plu, il parvient à nous transporter dans son univers grâce à sa fluidité, à la fois dans ses osts magistraux, qui sont l’un des atouts majeurs de cette œuvre et son animation aussi propre que magnifique avec un style très reconnaissable, ainsi que par son intrigue qui malgré ses failles nous donne l’envie de connaitre son épilogue.

J’aimerais maintenant en venir à un point qui me tient à cœur, j’ai parlé plus tôt des incohérences qui m’ont laissé un goût amer, pour autant si on insère de nouvelles données dans cet univers, ces incohérences seraient possiblement tout à fait cohérentes. En effet si on envisage que l’humanité tout entière serait déjà éteinte et que la population de DECA-DENCE ne serait composé que de robots/androïdes. Cela expliquera pourquoi aucun « humain » ou presque ne se pose de questions sur le fonctionnement de ce monde s’ils ont été programmés dans ce sens de la même manière qu’ont été créé les Gadolls ce qui rendrait finalement ces « humains » similaire aux Gadolls et aux gears, autre similarité, les bugs, présent chez ces trois groupes distincts, qui ne sont au final que le résultat d’une action non prévu par le système car non programmés. Cela expliquerai aussi selon moi le fait que Natsume possède un caractère qui va à l’encontre du système. Et le nombre d’indices qui me laisse croire en cette théorie ne se limite pas à ceux que je viens de citer, je vous invite à en trouver d’autre.

Après il faut se dire que l’animé fut commandé avec une seule saison, ce qui oblige la réalisation à laisser le spectateur dans le flou.

Conclusion commune :

Pour conclure c’est un animé à regarder en une soirée, une histoire simple avec une idéologie de penser positive et un bon moyen de faire passer le temps tranquillement.
Je vous laisse donc plonger dans cet univers.